La protection de l’homme et de l’environnement contre le rayonnement ionisant

Les rayonnements ionisants peuvent être dangereux, mais le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire contribue à assurer la sûreté et la protection contre les rayonnements. Depuis plus de 60 ans, nous étudions la manière dont les substances radioactives se répandent dans l’air, l’eau et le sol et nous évaluons l’impact du rayonnement sur l’homme et l’environnement. Nous fournissons des conseils et des recommandations pratiques aux entreprises nucléaires, au secteur médical, aux pouvoirs publics et à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA).

Exposition et analyse de risques

Nous développons des modèles pour prévoir la dispersion des matières radioactives, par exemple en cas de rejet ou d’accident, afin de pouvoir estimer les conséquences de l’exposition pour l’homme et l’environnement. Grâce à cette connaissance, nous pouvons proposer des mesures afin de limiter l’impact du rayonnement et développer des mesures d’assainissement de l’environnement.

En cas d’accident nucléaire, il est capital de pouvoir prédire la dispersion des matières radioactives et de prendre les mesures de protection appropriées. Au même titre que les autorités belges et l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN), le SCK•CEN est un acteur majeur de l’organisation du plan d’urgence belge.

Une bonne gestion des combustibles et des autres matières stratégiques est capitale pour prévenir le terrorisme nucléaire. Le SCK•CEN fait des recherches sur la non-prolifération, c.-à-d. la prévention de la prolifération non contrôlée de matières nucléaires.

Greenhouse Radiobiology

La santé au cœur des préoccupations

La recherche radiobiologique multidisciplinaire est au cœur de la médecine nucléaire et de la radioprotection. Le SCK•CEN étudie l’impact du rayonnement ionisant sur le développement des organismes et examine si le rayonnement peut également induire des maladies non liées au cancer.

En Belgique, environ 35 000 personnes entrent en contact avec les rayonnements ionisants dans le cadre de leur emploi. Nous développons de nouvelles méthodes afin de déterminer la dose d’exposition avec précision et nous contrôlons les dosimètres des travailleurs du secteur nucléaire et médical. Par ailleurs, nous analysons les effets sur la santé de l’imagerie médicale diagnostique (scanners CT, radiographies) et de la radiothérapie. Nous créons des modèles et des techniques en vue d’améliorer l’évaluation des doses, ce qui permet de réduire les doses auxquelles les patients et le personnel médical sont soumis.

Nos chercheurs étudient également les effets du rayonnement cosmique sur l’homme et les bactéries. Ainsi, en collaboration avec l’Agence Spatiale Européenne (ESA), nous développons un système biologique pour recycler les déchets en oxygène et en aliments dans le cadre de missions spatiales vers Mars. Notre brochure sur la recherche spatiale comprend de plus amples informations à ce propos.

En vue de contrôler la santé publique, le SCK•CEN a effectué deux études épidémiologiques. Nous avons comparé, pour les centrales nucléaires de Doel et Tihange et le site nucléaire de Mol-Dessel, la mortalité due au cancer parmi les travailleurs avec celle de l’ensemble de la population belge. La même étude a été effectuée parmi les habitants des cinq communes avoisinantes de Mol. La mortalité due au cancer n’a connu une augmentation significative dans aucun des deux groupes.

Le SCK•CEN a également contribué à une étude internationale relative à la mortalité due au cancer dans le secteur nucléaire. Vous trouverez davantage de détails sur les 3 études dans notre dépliant sur la recherche épidémiologique.